Le réemploi


Quelle est la différence entre réemploi et recyclage ?
  • Le recyclage concerne toute opération par laquelle des matériaux extraits de déchets sont retraités, soit pour remplir à nouveau leur fonction initiale, soit pour remplir d'autres fonctions. Le recyclage implique une chaîne d’acteurs parfois longue, incluant l’étape de préparation de la matière extraite du flux de déchet, qui devient alors une matière première de recyclage

  • Le réemploi désigne toute opération par laquelle des substances, matières ou produits qui ne sont pas des déchets sont utilisés de nouveau pour un usage identique à celui pour lequel ils avaient été conçus

    Lorsque l'on jette une bouteille dans un point d'apport volontaire pour que le verre soit ensuite réduit en calcin, puis refondu pour redevenir une bouteille, c'est du recyclage. Lorsque que l'on rapporte une bouteille en magasin pour qu'elle soit collectée puis lavée avant ré-embouteillage, c'est du réemploi.

    Le code de l'environnement définit une hiérarchie du mode de traitement des déchets qui donne la priorité aux solutions de réemploi sur les solutions de recyclage. C'est le principe de la prévention des déchets. "Le meilleur déchet est celui qu'on ne produit pas".

Hiérarchie du mode de traitement des déchets


Pourquoi la consigne a-t-elle disparu en France ? La consigne a disparu en France dans les années 70 suite à l'apparition de la bouteille en plastique jetable et à la pression des industriels pour externaliser le coût de gestion des déchets vers les collectivités.

Le Monde Diplomatique - COMMENT LES INDUSTRIELS ONT ABANDONNÉ LE SYSTÈME DE LA CONSIGNE.

Pour faire face à l'afflux sans précédent d'emballages jetables dans les poubelles, un système de Responsabilité Élargie du Producteur (REP) et des filières de recyclage ont peu à peu été mises en place en France. Aujourd'hui le verre est très bien recyclé en France avec un taux de 88%.


Quels sont les écueils du recyclage ?

Le recyclage en France permet de valoriser un grand nombre d'emballages jetables pour éviter l'enfouissement ou l'incinération. Cependant le système n'est pas parfait :

  • Les procédés de recyclage sont très énergivores, il faut fondre le calcin de verre à plus de 1000°C pour fabriquer une bouteille neuve en apportant à chaque fois de la matière première. À l'inverse, il suffit de laver une bouteille à 70°C pour la réutiliser.
  • Les matériaux perdent en qualité à chaque cycle, impossible par exemple de fabriquer une bouteille en verre transparent à partir de verre recyclé.
  • Le marketing par les industriels autour du recyclage et du geste de tri entretient l'illusion d'une économie parfaitement circulaire pour cautionner l'utilisation du jetable.
  • Certains matériaux sont recyclable en théorie mais ne le sont pas en pratique, faute de filière existante. C'est le cas par exemple des fûts en plastique à usage unique. Les metteurs en marché de tels emballages mette en avant le côté "recyclable" pour faire du green washing.

Pour aller plus loin : Recyclage le grand enfumage


Quel est le bénéfice environnemental du réemploi et de la consigne ?

Le réemploi des emballages permet :

  • D’éviter l’extraction de nouvelles ressources (sable pour le verre, matière fossile pour le plastique). En effet, le recyclage en boucle fermée parfaite n’existe pas, il faut à chaque fois réinjecter des matières premières vierges pour fabriquer de nouveaux emballages. À chaque cycle, une partie de la matière est perdue.
  • D’éviter la production de déchets et donc les effets néfastes liés aux différents modes de traitement des déchets. Dans le circuit des cafés-hôtels-restaurants où 30 à 40% des boissons sont encore consignées pour réemploi, le réemploi des bouteilles permet d’éviter la production de 500 000 tonnes de déchets par an en France.
  • D’éviter les déchets sauvages et ainsi les impacts néfastes sur la biodiversité et la santé humaine.
  • De promouvoir l’agriculture locale et la consommation en circuit court, la performance environnementale des dispositifs de réemploi dépendant, entre autres, des distances de transport.

Existe-t-il des ACV (analyse du cycle de vie) qui démontrent l'intérêt écologique du réemploi ?
  • Une étude de l’ADEME datant de 2018 et analysant 10 dispositifs de réemploi du verre conclut que sur tous les indicateurs et dispositifs étudiés, le système avec réemploi présente une performance environnementale supérieure ou équivalente au système sans réemploi-réutilisation.
  • L’étude Deroche datant de 2009 fait également référence. Elle conclut que le réemploi des bouteilles en verre permet de réduire la consommation d’énergie primaire de 76%, de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 79% et de réduire la consommation d’eau de 33% d’eau par rapport au recyclage.
  • Un rapport de 2020 de Zero Waste Europe et Reloop en collaboration avec l’université d’Utrecht qui compile 32 analyses de cycle de vie de 11 emballages différents, conclut que les emballages réemployables produisent beaucoup moins de gaz à effet de serre que leurs équivalents à usage unique. Le rapport précise que les bouteilles en verre réemployables génèrent non seulement 85% d’émissions de GES en moins que leurs équivalents à usage unique, mais également 75% en moins que des bouteilles en plastique, et 57% en moins par rapport à des canettes en aluminium.

Que dit la loi ?

La loi AGEC (Anti-gaspillage pour une économie circulaire) :

  • Fixe aux metteurs en marché un objectif de 10% d'emballages réemployés d'ici 2027 et 5% d'ici 2023. Voir le décret du 8 avril 2022.
  • Acte la fin progressive de la mise sur le marché d'emballages en plastique à usage unique d'ici en 2040.

Les consommateurs sont-ils favorables au retour de la consigne ?

D'après une étude IPSOS pour Boissons Rafraîchissantes de France, 9 français sur 10 se disent favorables au retour de la consigne. Le généralisation de la consigne était également une proposition de la convention citoyenne pour le climat qui n'a malheureusement pas été traduite "sans filtre" dans le texte de la loi climat et résilience comme l'avait promis le président Macron.



L'association


Quels territoires sont couverts par L'INCASSABLE ? L'INCASSABLE intervient sur les départements des Bouches-du-Rhône (13) et du Vaucluse (84) en coordination avec d'autres projets partenaires : La Consigne de Provence, Ma Bouteille S'appelle Reviens et Oc'Consigne. Nos bureaux sont à Marseille dans le quartier de Vauban.

Comment puis-je m'impliquer en tant que citoyen ? En tant que citoyen et consommateur, vous avez un rôle important à jouer dans le déploiement de la filière :
  • Préférer la consommation de boissons locales en emballage réutilisable.
  • Encourager votre magasin ou producteur de boisson préféré à rejoindre la filière.
  • Relayer nos posts et nos actus sur les réseaux sociaux.
  • Adhérer à l'association
  • Nous aider ponctuellement en tant que bénévole pour des sessions de tri ou de lavage de bouteilles.

Comment adhérer à l'association ? Vous pouvez nous soutenir financièrement en adhérant à l'association sur HelloAsso.

Quelle est la différence entre le Réseau Consigne et France Consigne ? L'INCASSABLE est membre à la fois du Réseau Consigne et de France Consigne.
  • Le Réseau Consigne est l'association qui fédère tous les professionnel.les du réemploi des emballages en France (tout emballage confondu). Le Réseau Consigne organise chaque année des rencontres techniques et publie des guides pour le passage au réemploi. Le Réseau Consigne se mobilise également faire avancer la législation en faveur du retour de la consigne.
  • France Consigne est un groupement de 10 acteurs en France dont l'objectif est d'apporter des solutions concrètes de réemploi d'emballages au niveau national en s'appuyant sur l'expertise de ses filières locales. L'association représente à elle seule plus de 230 producteurs et 700 points de collecte partenaires et disposent de 5 sites de lavage opérationnels ou en construction. Les membres fondateurs de France Consigne sont Bout à Bout, Rebooteille, Ma Bouteille s'Appelle Reviens, Alpes Consigne, Haut La Consigne, Oc'Consigne, Consign'Up, J'aime mes Bouteilles, La Consigne de Provence et L'INCASSABLE.


Achat et retour des bouteilles


Quels sont les producteurs de boissons engagés ? Vous pouvez retrouver l'ensemble des références disponibles en bouteille réutilisable sur la page Producteurs engagées

Où puis-je acheter des bouteilles réutilisables ? Vous pouvez acheter des bouteilles réutilisables chez tous les partenaires de L'INCASSABLE visible sur la carte interactive

Comment reconnaître une bouteille éligible au réemploi ?

Les bouteilles éligibles au réemploi sont reconnaissables grâce au Pictogramme national réemploi intégré sur les étiquettes. La présence de ce pictogramme garantit que les bouteilles qui le portent font bien partie de la gamme standard L’Incassable, et que leurs étiquettes ont été adaptées selon le cahier des charges de l’Incassable (notamment avec des étiquettes à colle hydrosolubles qui partent au lavage). Les autres bouteilles qui ne portent pas le pictogramme ne sont malheureusement pas aptes au réemploi : leurs étiquettes ne sont pas lessivables, et les bouteilles ne sont pas forcément standardisées.

pictogramme réemploi


Puis-je apporter la bouteille dans un lieu différent du lieu d'achat ? Oui, les bouteilles peuvent être rapportées chez tous les commerçants partenaires indiqués comme points de collecte sur la carte, même si elles ont été achetées ailleurs, pourvu qu’elles portent le pictogramme réemploi.

Une consigne monétaire est-elle appliquée ? La consigne monétaire n'est actuellement pas appliquée chez les commerçants partenaires mais nous allons bientôt mener un pilote sur quelques magasins pour ensuite déployer la consigne monétaire à l'ensemble du réseau.

Comment stocker les bouteilles vides ? Les bouteilles doivent être rincées après utilisation puis stockées à l’abri de la lumière et de l’humidité. Le rinçage permet d’enlever les dépôts au fond de la bouteille (notamment les levures pour les bouteilles de bière) : on optimise ainsi le nettoyage et on évite les nuisibles pendant la période de stockage. En évitant d’exposer les bouteilles aux UV et à l’humidité, la lessivabilité des étiquettes n’est pas altérée.


Le lavage et la revente de bouteilles


Où les bouteilles sont-elles lavées ? Les bouteilles collectées sont lavées chez notre partenaire Ma Bouteille S’appelle Reviens, implanté à côté de Valence (26) et qui est équipé d’une unité de lavage professionnelle répondant aux normes d’hygiène requises.

En tant que producteur, est-ce que je dois changer d'étiquettes ? Si vous utilisez des étiquettes auto-adhésives, oui (très probablement). Pour garantir un décollement optimal de l’étiquette lors du lavage, nous préconisons des références précises d’étiquettes auto-adhésives à colle hydrosoluble. L'INCASSABLE propose un accompagnement sur mesure pour le choix d'une référence d'étiquette adaptée.

En tant que producteur, est-ce que je dois changer de bouteilles ? Le Réseau Consigne a publié une gamme standard de bouteilles sur laquelle nous nous appuyons pour homogénéiser le parc d'emballages. Si vous utilisez des modèles de bouteille en dehors de cette gamme, nous vous encourageons à en changer. La standardisation des bouteilles permet qu'une bouteille mise sur le marché par un producteur A soit réutilisée par un producteur B (possiblement après lavage à l'autre bout de la France), tout en limitant les coûts de tri. C'est un facteur clé de performance économique et environnementale des filières de réemploi.

Combien coûtent les bouteilles reconditionnées ? Nous nous engageons à revendre les bouteilles reconditionnées à un prix égal ou inférieur aux bouteilles neuves.

Sous quel conditionnement les bouteilles lavées sont-elles livrées aux producteurs ? Les bouteilles lavées sont livrées en palette filmée, comme des bouteilles neuves.


Contact
contact@lincassable.com
40 boulevard Voltaire
13001 Marseille
Inscrivez-vous à notre infolettre pour suivre le développement du projet
AdemeCITEOCITEOCITEO